Lettre ouverte à la moi d’il y a 31 ans :

Posted on

Chère Noémi,

Nous sommes en 2020, le 10 avril plus précisément. Ce jour, tu le connais bien, c’est le jour de ton anniversaire. Je voulais t’écrire depuis longtemps, tu découvriras avec le temps que tu es plus douée pour parler aux autres qu’à toi-même. Tu viens de pousser ton premier cri, de prendre ta première bouffée d’air. Il est 9h50 du matin, tu ouvres doucement les yeux sur ce monde qui va tant t’apprendre. Tu vas vivre de belles années d’insouciances. Ton enfance sera remplie de souvenirs aux parfums de petits plats préparés avec amour entremêlés à des rires familiaux. Tu vas être proche des animaux, jouer dans la nature plus que derrière un écran et grimper tout le temps dans les arbres. La balançoire va être ta meilleure amie pendant des années, tu passeras beaucoup de soirées à te balancer sous les étoiles, ton mp3 à la main, la musique à fond dans les oreilles. À 10, 12, ou bien encore à 16 ans.
Tu vas aimer faire des bulles de savon aussi. Symbole de légèreté pour toi. Plus de 15 ans après, tu auras encore de quoi faire des bulles dans ton sac à main.

Tu parais si petite, si fragile. Sache que ce n’est qu’une impression, tu es quelqu’un de solide. Tu ne le sais pas encore, mais tu vas apprendre que plus tu tombes, plus tu te relèves forte. Tu vas apprendre aussi que trébucher plein de fois ne veut pas dire que ça fait moins mal à la longue, mais que l’on peut vivre en paix avec cette douleur.
Tu vas grandir trop vite et tu vas devoir faire face à un certains nombres d’épreuves. N’abandonne pas. Ce sont précisément ces moments qui vont te construire, qui vont te faire aimer la vie, autant que je l’aime aujourd’hui. Je ne serais pas la personne que je suis si tu ne les avais pas vécu. Tu comprendras que tout arrive pour une raison particulière. Maintenant je suis en phase avec moi-même, j’ai construis ma place. Demain continuera de me mener là où je dois être. Merci de t’être accrochée pour nous.

Tu te demanderas certaines fois ce que tu fais là. Pourquoi c’est si dur. Ne t’inquiète pas, il y a une réponse à cette question. Elle va tarder à venir mais tu finiras par comprendre. Cette vie que tu vas trouver trop lourde à porter parfois, est en réalité douce à vivre. Tu vas continuer de regarder les étoiles le soir. Certains jours tu entendras un oiseau chanter à ta fenêtre. Tu sortiras puis tu fermeras les yeux pour sentir le vent souffler dans tes cheveux. Tu entendras des notes de musique. Le soleil déposera sa douce chaleur sur toi. Tu rouvriras les yeux et tu lèveras les bras haut vers le ciel pour te sentir soulevée par cette force mystérieuse qui t’entoure. Tu vas passer ta vie à rire. Et quelques fois à pleurer aussi. Saches que certaines larmes sont déposées au coin de tes yeux par le bonheur, et que derrière celles amenées par la tristesse la joie n’est jamais bien loin. Tu vas aimer ces moments comme tu n’as jamais aimé.

Tu vas te sentir différente des autres durant une grande partie de ton enfance et de ton adolescence et tu porteras cette différence comme un fardeau. Aujourd’hui, j’ai compris que c’est en réalité un cadeau et je vais continuer de cultiver ces graines hors normes que tu as gardé précieusement.

Tu as passé 31 ans à prendre soin des autres, je vais passer le reste de notre vie à prendre soin de nous. Je t’en fais la promesse.
Aujourd’hui, je me sens libre. Le monde m’appartiens à nouveau.
Je t’aime. J’ai tardé à te le dire, excuse moi. Tu apprendras à aimer les autres avant de t’aimer toi. Je n’étais pas prête, mais maintenant tu ne seras plus seule, je suis là.

Affectueusement.

Toi, dans 31 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *